Cercle ouvrier de Thetford Inc.

L'abbé Pierre Gravel
L’abbé Pierre Gravel obtenait l’autorisation officielle du Conseil municipal de la Cité de Thetford Mines de créer un cercle ouvrier le 6 octobre 1932. Par la suite, il recevait les lettres patentes sous le vocable « Le Cercle Ouvrier de Thetford Inc. », en date du 13 octobre suivant. Une liste des membres fondateurs regroupait 27 gens de métiers tels que machiniste, commis, ingénieur, menuisier, forgeron, mécanicien, mineur, électricien…


L'abbé Pierre Gravel
Source: SAHRA - Fonds Les Célébrations du centenaire de Thetford Mines 1992
(donateur: Presbytère St-Alphonse).

La première rencontre eut lieu le 27 octobre 1932. Lors de cette soirée, le premier comité de direction fut mis sur pied. Il se composait de Joseph Lessard président, Joseph Landry vice-président, Oscar Boivin secrétaire, ainsi que deux directeurs Arthur Paquet et Joseph Delamarre. L’abbé Gravel, nommé aumônier du cercle, expliqua aux membres les principaux buts poursuivis par l’association « Nous unir, nous instruire et nous protéger ». Les réunions se déroulaient sous quatre principaux aspects. L’un des éléments prioritaires étaye l’information des ouvriers. Puis, l’aumônier parlait du rôle social de l’Église, un membre était responsable de la chronique de presse et un professionnel invité donnait la conférence du jour.

L’abbé Gravel se faisait un devoir d’aider la classe ouvrière à améliorer leurs conditions de travail et par le fait même leurs conditions de vie. Dès 1934, il travaillera ferme afin que les ouvriers se regroupent dans un syndicat catholique. Son rêve se réalisait le 28 avril 1935, lorsque le Cercle Ouvrier donna naissance au « Syndicat national catholique de l’amiante Inc. » M. Joseph-Olivier Landry, mineur à la mine King, sera élu président et M. Joseph-Arthur Blanchard en assumera la tâche de secrétaire. Le 7 mai suivant, le syndicat fut affilié à la Confédération des travailleurs catholiques du Canada.

L’abbé Gravel poursuivra sa lutte pour obtenir un contrat collectif, faire reconnaître le syndicat par les compagnies minières et améliorer les conditions de travail des mineurs. Il dérangera beaucoup les hauts dirigeants des mines et le paiera cher car dès décembre 1935, le Cardinal Villeneuve, suite à des pressions venues de haut lieu, le nommera vicaire de la paroisse Saint-Roch à Québec. L’abbé Gravel pouvait partir la tête haute car il laissait derrière lui un syndicat fort et il savait que ce dernier poursuivrait le travail entrepris pour aider la cause des travailleurs.