Position des compagnies minières:

Jean Marchand au Collège La Salle, Thetford Mines
Groupe de grévistes qui entourent le bureau d'administration de la compagnie Johnson en signe de protestation, Thetford Mines.
Source: SAHRA - Fonds Syndicat des travailleurs de la Société Asbestos Limitée (CSN).

La direction des compagnies minières était prête à négocier mais seulement après le retour au travail des mineurs. Selon elle, cette grève était illégale et aucune négociation n’était possible dans cet état de chose.

M. Foster, directeur de la mine Canadian Johns Manville, attribuait la grève à une petite minorité de radicaux fomenteurs de grève. La partie patronale reprochait l’ingérence des chefs syndicalistes dans leur administration. Selon elle, le syndicat voulait s’approprier d’une part d’autorité et de contrôle sur leur administration. La compagnie affirmait que quiconque serait trouvé coupable d’acte criminel relatif à la grève, pourrait être renvoyé. Les dirigeants de la Canadian John’s Manville ont obtenu une injonction contre le syndicat pour faire cesser le piquetage.


Les compagnies minières touchées par la grève:

Région de Thetford Mines (3000 mineurs)

-Asbestos Corporation
  Mine King (Thetford Mines)
  Mine Beaver (Thetford Mines)
  Mine Bennett-Martin (Thetford Mines)
  Mine British Canadian (Black Lake)
  Mine Vimy Ridge (Coleraine)
-Johnson Limited (Thetford Mines et Black Lake)
-Flintkote Mine Limited (Pontbriand)

Région d'Asbestos (2000 mineurs)

-Canadian Johns-Manville