Mouvement de solidarité

Camion de provisions
Cette grève de l’amiante ne laissa personne indifférent. Les syndicalistes et les mineurs luttaient pour ce qui leur semblaient juste. Au fil des semaines et des mois qui défilèrent, les dettes s’accumulaient et plusieurs familles vivaient des moments très pénibles. À cette époque, il n’y avait pas de fonds de grève pour soutenir les travailleurs. L’on assista alors à une grande épidémie de compassion et d’entraide. De partout au Québec, les gens se mobilisèrent pour aider les grévistes.
Provisions des syndiqués de Québec pour les femmes et les enfants
de Thetford Mines
SAHRA - Fonds Les Célébrations du centenaire de Thetford Mines 1992.

De l’argent et des vivres furent amassés et expédiés vers les villes en souffrance. Des camions de victuailles prenaient la route vers Asbestos et Thetford Mines. Tout le mouvement syndical québécois montrait leur appui à la cause des mineurs. De l’argent fut rapidement amassé parmi les syndiqués. Les étudiants de l’Université de Montréal et de l’Université Laval de Québec réunirent des fonds pour les grévistes. Étant de futurs travailleurs, ils suivirent avec attention le déroulement de cette crise et prirent position en faveur des travailleurs. Le journal « Le Devoir » appuyait ouvertement les grévistes. De nombreux articles furent publiés expliquant les demandes des ouvriers, dénonçant les abus des policiers… rapportant le vécu de cette grève. La lutte de ces mineurs avait alerté l’opinion publique et l’avait rangée de leur côté. Les gens donnaient généreusement aux quêtes spéciales instaurées par le clergé.

Boîte de provisions Sac de pommes de terre
Boîtes de provision et sacs de pommes de terre pour les grévistes.
SAHRA - Fonds Syndicat des travailleurs de la Société Asbestos Limitée (CSN).

Tous ces efforts ont sûrement contribué à aider les travailleurs dans leur démarche. Se sentir ainsi épaulé de partout au Québec, renforçait leurs convictions personnelles et leur redonnait des forces afin de poursuivre leur combat. Le petit peuple n’était plus seul, une formidable solidarité se faisait sentir et tous ces intervenants aidaient les travailleurs et leur famille à vivre le moment présent et à espérer pour leur avenir.

Rapport du Bureau Confédéral

Quêtes aux portes de l'église
167 558,24$
Contribution de la CTCC et de ses corps affiliés
300 014,52$
Souscriptions individuelles
27 708,61$
Unions affiliées au Congrès Canadien du Travail
7 683,00$
Union affiliées au Congrès des Métiers (Fraternité des cheminots, des policiers, instituteurs …)
6 413,41$
Valeur des vivres expédiées à T. M. et Asbestos
75 000,00$
Grand Total
584 377,78$