Historique de l'établissement

Le premier janvier 1984, entre en vigueur la Loi sur les archives. Ainsi, les organismes publics ont l'obligation de voir à la gestion de leurs documents actifs, semi-actifs et historiques et de satisfaire à la Loi sur l'accès aux documents des organismes publics. Par cette même loi, le ministère des Affaires culturelles encourage la création de services d'archives privées qui recueilleront les fonds susceptibles d'enrichir la mémoire collective régionale et nationale.

C'est dans ce contexte et pour combler une lacune dans la région que les professeurs du Département des sciences sociales, l'adjoint au directeur des services pédagogiques et le responsable de la bibliothèque du collège décident de constituer une corporation sans but lucratif du nom de Société des archives historiques de la région de L'Amiante (SAHRA) le 29 mai 1985. Les administrateurs provisoires sont: Marius Boutin, Line Cliche, André Gamache, Luc Lambert, Paul Morissette, Jean-Luc Trudeau, Yves Turgeon et Paul Vachon. Les objectifs de la SAHRA sont de conserver et de gérer l'héritage documentaire de la région ainsi que de faire connaître à la population l'existence des documents qui constituent une part essentielle du patrimoine historique de la région.
Line Cliche, directrice
La première réunion du conseil d'administration provisoire a lieu le 15 janvier 1987. Quatre jours plus tard, la SAHRA commence ses activités grâce à une subvention de 17 122 $ octroyée dans le cadre du Programme canadien de développement de l'emploi. Cette somme permet l'engagement de Line Cliche à titre de directrice archiviste.

Le 24 mars suivant, on nomme les membres du conseil d'administration soit : Yves Turgeon, à la présidence; Anne Girouard, à la vice-présidence; Paul Vachon, au secrétariat; André Gamache, Jean-Luc Trudeau et Serge Nadeau, à titre d'administrateurs. Le service d'archives est hébergé gratuitement au Collège de la région de L'Amiante.

En octobre 1987, Marie-Josée Poirier est engagée comme technicienne en documentation.

En juin 1989, la SAHRA dépose un projet d'agrément aux Archives nationales du Québec. En janvier 1990, lors de la Conférence socio-économique Chaudière-Appalaches, Lucienne Robillard (ministre des Affaires culturelles du Québec) s'engage à agréer le centre d'archives.

Lancement officiel de la SAHRA à la bibliothèque le 24 avril 1987. De gauche à droite: Line Cliche, Yves Turgeon et le ministre Marcel Masse.

Le 30 août 1990, la SAHRA reçoit son certificat d'agrément accompagné d'une aide financière de près de 30 000 $ et devient ainsi l'un des premiers services agréés d'archives privées au Québec. Cette accréditation est essentielle puisqu'elle confirme le professionnalisme du centre et assure un budget de fonctionnement annuel.

Line Cliche reçoit l'agrément du centre d'archives de Robert Garon, conservateur aux Archives nationales du Québec et de Pierre Nadeau, représentant du député Roger Lefebvre, 1990




En septembre 1990, la SAHRA adopte son premier logo qui représente trois livres ouverts.

En mai 1999, la SAHRA signe une entente avec le Cégep et aménage dans ses nouveaux locaux situés dans les anciens espaces occupés par le Service audiovisuel. Un espace plus vaste permet de regrouper dans un seul dépôt les archives accumulées par le centre depuis sa fondation.

Une subvention du Conseil canadien des archives permet l'achat d'étagères métalliques.


En 2009, le conseil d'administration de la Société des archives historiques de la région de L'Amiante (SAHRA) a décidé de changer son appellation suite au changement de nom de la MRC de L'Amiante pour celui de MRC des Appalaches. De plus, il a été convenu de profiter de l'occasion pour se doter d'un nouveau logo. Le centre d'archives a obtenu ses nouvelles lettres patentes le 3 décembre 2009

Le nouveau nom qui identifie dorénavant notre centre, soit " Centre d'archives de la région de Thetford " a été retenu à l'unanimité par les membres du conseil d'administration pour les raisons suivantes :

  • Le terme " Centre " est utilisé par la plupart des organismes agréés par Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
  • Le terme " Société " faisait référence à un groupement de membres, ce que nous n'avons pas.
  • Le terme " archives " représente l'essence même de notre organisation. Nous laissons tomber le terme " historiques " dans le nom, car des archives c'est par le fait même historique.
  • Enfin, nous avons choisi " région de Thetford " afin de bien situer géographiquement notre organisme.
Le nouveau logo représente un sceau dans lequel on retrouve une plume et un parchemin. Le sceau fait référence aux caractères officiels des documents d'archives. La plume et le parchemin font référence à l'histoire. La mention " centre agréé " indique que nous avons une reconnaissance officielle du gouvernement du Québec comme dépositaire des archives privées de notre région. Nous retrouvons également la maxime : " Gardien de notre mémoire " car nous conservons les archives pour les générations futures. Enfin, puisque le territoire desservi par notre centre d'archives est celui de la MRC des Appalaches, nous l'avons ajouté sous notre appellation.